Dernière mise à jour le : 22-05-2019

Archive du Site du Ministère
enseignement supérieur privé
Accueil > Activités du Ministère

Les détails

Samedi 15 mai 2017 - Ouverture du Colloque National sur la Réforme de l'Enseignement Supérieur Privé

" Le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique est en charge de l'université tunisienne dans son ensemble. Qu'elle soit publique ou privée... Tous nos étudiants ont la même importance. Leur avenir nous concerne de la même manière. Ils sont au cœur de notre stratégie, où qu'ils se trouvent. Leur employabilité est au centre de nos préoccupations.
Certains, en se référant à de mauvaises pratiques, considèrent l'université privée comme un mal absolu qu'il faut combattre. D'autres, en se référant à certains pays, considèrent qu'elle est l'avenir inexorable de notre système d'enseignement supérieur et qu'elle doit, à terme, en devenir la référence. 
Nous ne cautionnons aucune de ces positions et n'avons aucune posture idéologique....
L'université privée est une réalité. Elle a un rôle important à jouer. Elle va et doit se développer comme c'est le cas dans la plupart des pays. Mais l'université publique est et restera la référence de notre système d'enseignement et de recherche. C'est un choix stratégique, politique, économique et social. Un engagement de l'État auprès de la jeunesse tunisienne.
Ce colloque national qui réunit les principaux acteurs de l'université privée tunisienne s'inscrit dans cette nécessité de clarifier les choses et d'échanger sereinement, sans tabous ni a priori..
Le Ministère a trop longtemps adopté une position ambivalente à l'égard de ce secteur. Teintée de défiance et de scepticisme. Nous autorisons, mais mettons des obstacles. Nous tolérons mais sans vraiment reconnaître. Nous imposons des exigences mais sans vraiment dire lesquelles... Au grès des responsables et sans véritable stratégie nationale, ni vision claire. Il ne faut pas craindre de le dire. Je le dis....
L'ambiguïté doit être levée. Notre orientation s'articule aujourd'hui autour des points suivants:
- Le savoir et la formation de notre jeunesse ne peuvent être des services marchands comme les autres. Nous devons nous accorder sur ce postulat.
- La qualité est et doit rester notre principale préoccupation et objectif, tant dans le secteur public que dans le privé. Les lacunes existent, de part et d'autre. La réforme est indispensable, de part et d'autre.
- L'université privée doit jouer un rôle complémentaire, se positionner clairement sur des niches qui ne sont pas viables pour le système public et offrir à nos étudiants des filières alternatives et d'excellence, cohérentes autant avec les besoins du marché qu'avec leurs talents et leurs aspirations. Avec un souci permanent de crédibilité et une exigence de qualité, sans concessions.
- Nous devons avoir des échanges francs et constructifs, orientés solutions et propositions. Sans nous attarder sur les griefs réciproques mais en évoquant clairement les problèmes à affronter, les insuffisances à corriger, les obstacles à surmonter.
- La mise à niveau de l'université privée est aussi importante et urgente que la réforme de l'université publique, qui est en cours. Elle doit se faire en concomitance et en concertation afin que l'on hisse ensemble l'enseignement supérieur tunisien pour une meilleure employabilité de nos jeunes qui sont la finalité de notre action et au service du développement de notre économie et de notre société.".
Slim Khalbous - Ouverture du Colloque National sur la Réforme de l'Enseignement Supérieur Privé. Tunis. 13 mai 2017.
"Le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique est en charge de l'université tunisienne dans son ensemble. Qu'elle soit publique ou privée... Tous nos étudiants ont la même importance. Leur avenir nous concerne de la même manière. Ils sont au cœur de notre stratégie, où qu'ils se trouvent. Leur employabilité est au centre de nos préoccupations.
Certains, en se référant à de mauvaises pratiques, considèrent l'université privée comme un mal absolu qu'il faut combattre. D'autres, en se référant à certains pays, considèrent qu'elle est l'avenir inexorable de notre système d'enseignement supérieur et qu'elle doit, à terme, en devenir la référence. Nous ne cautionnons aucune de ces positions et n'avons aucune posture idéologique....
L'université privée est une réalité. Elle a un rôle important à jouer. Elle va et doit se développer comme c'est le cas dans la plupart des pays. Mais l'université publique est et restera la référence de notre système d'enseignement et de recherche. C'est un choix stratégique, politique, économique et social. Un engagement de l'État auprès de la jeunesse tunisienne.
Ce colloque national qui réunit les principaux acteurs de l'université privée tunisienne s'inscrit dans cette nécessité de clarifier les choses et d'échanger sereinement, sans tabous ni a priori..
Le Ministère a trop longtemps adopté une position ambivalente à l'égard de ce secteur. Teintée de défiance et de scepticisme. Nous autorisons, mais mettons des obstacles. Nous tolérons mais sans vraiment reconnaître. Nous imposons des exigences mais sans vraiment dire lesquelles... Au grès des responsables et sans véritable stratégie nationale, ni vision claire. Il ne faut pas craindre de le dire. Je le dis....
L'ambiguïté doit être levée. Notre orientation s'articule aujourd'hui autour des points suivants :
- Le savoir et la formation de notre jeunesse ne peuvent être des services marchands comme les autres. Nous devons nous accorder sur ce postulat.
- La qualité est et doit rester notre principale préoccupation et objectif, tant dans le secteur public que dans le privé. Les lacunes existent, de part et d'autre. La réforme est indispensable, de part et d'autre.
- L'université privée doit jouer un rôle complémentaire, se positionner clairement sur des niches qui ne sont pas viables pour le système public et offrir à nos étudiants des filières alternatives et d'excellence, cohérentes autant avec les besoins du marché qu'avec leurs talents et leurs aspirations. Avec un souci permanent de crédibilité et une exigence de qualité, sans concessions.
- Nous devons avoir des échanges francs et constructifs, orientés solutions et propositions. Sans nous attarder sur les griefs réciproques mais en évoquant clairement les problèmes à affronter, les insuffisances à corriger, les obstacles à surmonter.
- La mise à niveau de l'université privée est aussi importante et urgente que la réforme de l'université publique, qui est en cours. Elle doit se faire en concomitance et en concertation afin que l'on hisse ensemble l'enseignement supérieur tunisien pour une meilleure employabilité de nos jeunes qui sont la finalité de notre action et au service du développement de notre économie et de notre société.".
Slim Khalbous - Ouverture du Colloque National sur la Réforme de l'Enseignement Supérieur Privé. Tunis. 13 mai 2017.

undefined

undefined

undefined

undefined
facebook
Annuaire des structures et projets de recherche
4C
Tunisia University Events
Espace enseignant
Espace étudiants
horizon 2020
Bureau des relations avec le citoyen
DGRU
gbo
Direction de la Gestion des Documents et des Archives
Acces au documents administratif
Salima
Orientation
Inscription